LA DIETETIQUE DE VOTRE EQUILIBRE

 

Les aliments sont nos premiers médicaments

L'alimentation, c'est 70 % de notre santé globale.

 

Seront abordés ici :

 

1 -  Les principes généraux de la diététique traditionnelle chinoise adaptée au monde occidental d'aujourd'hui,

2 - L'importance du petit déjeuner,

3 - Ce qu'un bilan énergétique vous révèlera,

4 - Les aliments qu'il faut éviter - Le cas particulier des aliments à éviter/à privilégier dans le diabète.

5 - L'aide précieuse des huiles essentielles.

 

 


L'assiette idéale


1 - LA DIETETIQUE TRADITIONNELLE CHINOISE

ADAPTEE AU MONDE OCCIDENTAL D'AUJOURD'HUI :

 

Manger comme un empereur le matin, comme un prince le midi et comme un mendiant le soir

 

Les principes à mettre en place

 

Se modérer

Tout excès nuit à la santé, il ne faut pas dépasser ses capacités digestives. L'idéal est de manger à 80% de ses possibilités pour laisser un vide dans l'estomac et permettre une digestion plus facile. Si on mange à satiété et que l'on sort de table avec une sensation de lourdeur, cela signifie que la rate doit dépenser plus d'énergie pour digérer et ce trop plein d'aliments, et si elle ne parvient pas à puiser suffisamment d'énergie dans les aliments ingérés parce qu'ils sont pauvres, vides, c'est dans notre corps qu'elle puisera, nous fatiguant au lieu de nous donner de l'énergie. Or, la raison d'être de nous alimenter consiste à procurer le carburant nécessaire à notre corps pour avancer, pas de vider nos piles... La modération alimentaire (et non pas la malnutrition) est gage de longévité.

 

Mastiquer

C'est une des clés fondamentales du savoir manger. L'estomac n'a pas de dents. Il faut penser à mâcher longuement, ce qui permet de ne pas affaiblir notre système digestif.

 

 

 

 Avoir faim

Beaucoup de personnes mangent sans faim. Il vaut mieux attendre que le feu digestif soit prêt et que le repas précédent soit digéré, sinon le risque est de se retrouver avec des stagnations alimentaires nuisibles à la santé.

 

Manger à heures régulières

L'habitude est reposante, l'adaptation est fatigante. Une régularité dans nos horaires de repas facilite une meilleure digestion et une meilleure assimilation, donc une meilleure santé.

 

Se concentrer, manger en conscience

Manger en regardant la télévision et ainsi avaler un repas sans profiter des saveurs, des différentes couleurs qui le compose, ne nous permet pas de manger consciemment. Plus nous prenons le temps de manger en savourant notre repas, plus nous facilitons notre digestion.

 

Trouver un lieu serein pour ses repas

L’atmosphère dans laquelle nous prenons notre repas est fondamentale. Tout excès émotionnel dérègle la circulation énergétique et entraîne un bon nombre de problèmes digestifs.

 

Marcher après 

"Celui qui fait 100 pas après le repas vivra jusqu'à 99 ans" (proverbe chinois).

 

Prendre plaisir

Chaque repas doit devenir un véritable moment de bien-être.

 

Les recommandations de la diététique chinoise

 

Supprimer les grignotages

Attendre au moins trois heures après un repas avant de consommer un quelconque aliment solide.

 

Consommer plus de légumes cuits et variés

Les légumes doivent constituer la moitié de notre bol alimentaire. L'assiette idéale est composée pour la moitié de légumes, un quart de féculents et un quart de protéines. Les légumes seront de préférence cuits (encore un peu croquants) et le plus possible variés, en privilégiant les produits de la saison et produits de région.

 

Consommer davantage de légumineuses

Les légumineuses sont des aliments aux très nombreuses vertus et nous les négligeons à tort dans notre alimentation occidentale. Attention néanmoins à bien les faire tremper (pour la plupart la veille) afin de bénéficier de leurs vertus sans ressentir de ballonnements ou consommer d'anti-nutriments.

 

Consommer suffisamment de protéines

L’apport en protéines animales ou végétales (1,5 gramme par kilo et

par jour en moyenne) doit être respecté. En effet, les protéines facilitent

la synthèse des neurotransmetteurs, des enzymes et des hormones. 

 

Supprimer les charcuteries et consommer de façon modérée la viande rouge (dans l'idéal, pas plus d'une fois par semaine) car ces aliments provoquent des inflammations dans le corps. Privilégier la volaille et les poissons (de préférence les petits poissons, moins pollués par les pesticides, et de préférence frais plutôt qu'en boite).

 

Eviter les sucres rapides

Supprimer de notre alimentation les confiseries industrielles, gâteaux industriels, chocolat bas de gamme ou glaces. Préférer les pâtisseries "faites maison" en utilisant de bons produits, des farines plus digestes que le blé, des sucres moins raffinés, des levures naturelles... Le secret est d'en manger moins mais quand on en mange, savourer ! Quant au chocolat, il en existe d'excellents et de grandes qualités comme par exemple, le chocolat de la marque "Berton" qui nous apporte plaisir, saveur et qualités nutritionnelles.

 

Réduire les aliments crus ou froids (ou alors mâcher longuement)

La rate, notre marmite intérieure, est chargée de ramener le bol alimentaire à la température du corps. Si nous ingérons du froid, la rate aura beaucoup de travail pour réchauffer le tout afin de permettre la digestion et la diffusion de l'énergie. Là encore, rate devra prendre dans notre énergie pour permettre la digestion, effet inverse de l'effet escompté.

 

Eviter les fritures, les graisses animales et les huiles raffinées

qui sont peu digestes et ne nous apportent pas grand chose en matière d'énergie vitale.

 

Réduire de manière importante les produits laitiers

(voir paragraphe 11, plus bas, relatif aux produits laitiers)

 

Boire chaud en fin de repas ou en dehors et sans excès (selon notre soif)

Eviter de boire pendant les repas, ce qui va noyer le bol alimentaire et ralentir la digestion.

 

Diminuer fortement toutes les boissons acides, sucrées, alcoolisées.

 

Adopter l'assiette unique

Se passer d'entrées (souvent froides) et de sorties (souvent trop sucrées) dans les repas quotidiens permet de manger environ 30% d'aliments en moins, ce qui préserve l'organisme de toute fatigue liée à une digestion difficile. L'assiette unique devra comporter à chaque repas des céréales (1/3 de l'assiette), des légumes (la moitié de l'assiette) et une fois sur deux des protéines (1/3 de l'assiette ; mais éviter les protéines animales le soir, les remplacer par 1/3 d'assiette de légumineuses).

 

 

 

 

 

 

Faire la différence entre diététique quotidienne et repas "plaisirs d'exception"

Dans un mois, nous avons 60 repas. L'idéal est de se réserver 8 à 10 repas plaisir où nous nous octroierons apéritif (avec modération) et/ou éventuellement entrée et/ou dessert et/ou un peu de fromage... Et savourer ! Les 50 à 52 autres repas resteront des repas "diététiques" à assiette unique. 

 

Varier

Sur une semaine, éviter de manger plus de deux à trois fois le même aliment. En deux mots, varier le plus souvent possible notre alimentation pour ne pas susciter l'ennui et donc l'attirance pour des aliments non équilibrés, trop gras, trop salés ou trop sucrés. Car c'est souvent l'ennui qui nous conduit à mal manger.

 

Épicer pour le goût, faire de belles assiettes colorées pour le plaisir des yeux.

Pour que le plaisir soit toujours là même les jours de repas dits diététiques. Le repas commence par la préparation, dans la joie et la bonne humeur puis se poursuit par le plaisir des yeux en se constituant une belle assiette. Et bien-sûr, il faut donner du gout à son assiette, de la saveur, du bonheur...

 

Simplifier

Simplifier, c'est trouver une organisation qui permette de bien manger sans se stresser (préparer des plats à l'avance quand on a le temps, par exemple cuisiner le dimanche pour les trois premiers jours de la semaine, puis prévoir des plats plus faciles et rapides à préparer pour le jeudi et vendredi...), ce qui évite de devoir cuisiner des plats longs et compliqués en rentrant d'une harassante journée de travail.

 

Simplifier c'est aussi se procurer des ustensiles pratiques qui simplifient la cuisson et permettent de mettre en route de bons petits plats sans avoir à rester coincé derrière les fourneaux (par exemple des robots culinaires qui automatisent tout comme le robot Thermomix, ou autres robots similaires)...

 

Simplifier, c'est prendre le temps de planifier sa semaine de repas à l'avance (Batch Cooking). C'est une des clés du bien-être. Cela permet de mieux organiser ses courses, de s'enlever l'interrogation "qu'est-ce que je vais faire à manger ?" C'est parfois la fatigue et/ou le manque de courage pour cuisiner qui nous font nous rabattre sur les pizzas en livraison ou le burger du coin de la rue...

 


 

2 - L'IMPORTANCE DU PETIT DEJEUNER :


3 - CE QUE LE BILAN ENERGETIQUE

FAIT EN CABINET AUPRES DE VOTRE PRATICIEN VA VOUS REVELER

 

 

Lors de la consultation en énergétique chinoise, le praticien élabore un bilan énergétique en se basant sur les conclusions d'un entretien avec le consultant ainsi que sur la prise des pouls (il y a six points de prise de pouls où l'état des organes se révèlent) et l'examen de la langue.

 

Ce bilan permet au consultant de mieux connaître le fonctionnement de son corps, ses forces et ses faiblesses, le fonctionnement de ses organes et entrailles, l'état énergétique de son qi (énergie), de son sang, la bonne circulation dans les méridiens et les bonnes relations entre les différents pôles des cinq éléments dans son corps (terre, métal, eau, bois, feu).

 

L'état ou la circulation du qi, du sang, de l'ensemble des liquides organiques du corps ont pu être affectés par les émotions qui nous traversent, les circonstances extérieures qui nous ont blessées ou par une maladie. L'un ou l'autre de nos organes a pu énergétiquement être affaibli par ces mêmes circonstances.

 

Une fois le bilan établi et les faiblesses énergétiques mises en lumière, il convient de mettre en place les stratégies de mieux être, en collaboration avec le praticien en énergétique chinoise et en accord avec le médecin traitant. En énergétique traditionnelle chinoise, on dit que les aliments sont nos premiers médicaments. Voici donc quelques conseils alimentaires préconisés à la suite du bilan énergétique.

 

Les réajustements alimentaires préconisés par le praticien en fonction de votre bilan permettront de :

 

- Tonifier le Qi, nourrir le Sang,

et/ou - Tonifier le Yin, tonifier le Yang,

et/ou - Tonifier la Rate, l'Estomac,

et/ou - Tonifier le Cœur, l'Intestin grêle,

et/ou - Tonifier le Poumon, le Gros intestin,

et/ou - Tonifier les Reins, la Vessie,

et/ou - Calmer, harmoniser le Foie, la Vésicule biliaire,

 





La théorie des signatures

 


4 - LES ALIMENTS A EVITER / DIMINUER

 



A EVITER/PRIVILEGIER DANS LE CAS PARTICULIER DU DIABETE

 

Privilégier un petit déjeuner salé. Eviter le riz, les pommes de terre, l'alcool. 

 

Remplacer le sucre blanc, roux ou complet par des sucres sans incidence sur le diabète : la stévia, le rapadura, la sève de Kiul (récolte au SriLanka), le sirop de Yacon

 

L'Igname est particulièrement conseillé ainsi que le chou chinois, les épinards, le colza, le céleri, la cireuse, le concombre de mer, les oignons, le cresson, les petits pois frais, l'avoine.

 

Le Gymnema Sylvestre (chez Naturamudi) améliore la fonctionnalité et semble accroître le nombre des cellules bêta qui produisent l'insuline et qui sont situées dans le pancréas. C'est la seule substance connue qui exerce une telle action régénératrice et cela en fait un produit de choix quand il est nécessaire de réguler le métabolisme du glucose.

 

La Margose ou concombre amer aide les cellules à utiliser le glucose grâce à l'insuline de la plante (couper en petits morceaux et surtout enlever l'amertume car très amer).

 

La cannelle est un antioxydant et augmente la sensibilité à l'insuline (6g par jour permettrait de réguler l'hormone de la glycémie).

 

La levure de bière (riche en chrome) régule le taux de sucre dans le sang.

 

L'eau de coco est hypoglycémiante.

 

Les champignons (Reishi, Maitake, Suitake) régulent le taux de glucose dans le sang.

 

Le fénugrec réduit l'insulinorésistance.

 

La pervenche de Madagascar baisse le taux de sucre dans le sang.

 

L'infusion de camomille, la racine de ginseng, le thé vert sont bénéfiques.

 

 

La myrtille et le cassis sont conseillés également car favorisent la micro-circulation.

 

L'huile d'onagre, anti-oxydante, est bénéfique.

 

Autres conseils : ne pas aller au soleil durant les heures les plus fortes car cela lèse le Yin. Traiter si possible les problèmes émotionnels qui influent sur l'évolution du diabète de type 2 (pratiquer la cohérence cardiaque - voir dans l'onglet "respirer" des secrets de bien-être, utiliser le bol d'air Jacquier, l'EFT). Les oligo-éléments suivants sont conseillés : chrome, manganèse, zinc, complexe zinc-nikel-cobalt ainsi qu'une supplémentation ponctuelle en magnésium, vitamines B, C et D. Prêter attention à l'équilibre acido-basique.

 

 

 


5 - L'AIDE PRECIEUSE DES HUILES ESSENTIELLES

ET DES PIERRES (pierres semi-précieuses de lithothérapie)

 

Les huiles essentielles et les pierres vous apporteront une aide précieuse si vous souhaitez retrouver un équilibre corporel. Attention cependant à noter qu'à elles seules, elles ne suffiront pas à vous faire mincir si vous souhaitez perdre du poids ou retrouver du tonus. L'équilibre alimentaire et le sport restent les deux pôles principaux qui vous permettront d'atteindre vos objectifs.

 

Article en cours de construction, merci de votre patience

 


J'espère que tous ces conseils pourront vous être utiles.

 

Si vous souhaitez prendre rendez-vous pour un bilan énergétique afin de vous aider à comprendre le fonctionnement de votre corps et trouver l'équilibre que vous recherchez, n'hésitez pas à m'appeler au n° 07 67 144 133.

Un rééquilibrage énergétique aux changements de saison pourra également vous aider à faire face aux changements de temps et à booster vos défenses immunitaires.

Prenez bien soin de vous ;-)


Important, à noter :

 

Tous les articles abordés sur cette page sont un recueil de conseils pour une prise en charge naturelle de votre corps. Ces conseils ne sont pas des prescriptions et ne peuvent nullement remplacer une consultation médicale ni vous amener à arrêter ou modifier un traitement qui vous aurait été prescrit par un médecin ou spécialiste.