Vaincre le stress

 

 Page en cours de construction. Merci de votre patience :-) 

 

- Des histoires sur lesquelles s'appuyer ;

- Comprendre le processus du stress ;

- Des recettes pour vaincre le stress ;

- Les pierres pour s'aider en lithothérapie ; 

- Les lectures ressources.

Des histoires à lire pour s'inspirer

 

Prendre simplement le temps de profiter de ce que la vie nous offre et savoir apprécier la récompense après l'effort. Etre juste dans le présent :

 

l’histoire se déroule dans un village où vivent un homme très riche et un homme très pauvre. Ils ont tous deux, un fils. Un matin, par une drôle de coïncidence, les deux pères  décident de monter avec leurs fils au sommet de la même colline. La famille aisée est rapidement transportée par de vigoureux chevaux. Arrivé au sommet, l’homme très riche désigne d’un geste, le paysage et dit à son fil :

 

– Regarde, un jour tout cela sera à toi !

 

Puis ils repartent.

 

De leurs cotés, l’homme très pauvre et son enfant escaladent péniblement la colline. Arrivés au sommet et un peu essoufflés, le père propose à son fils de s’asseoir.

 

Il lui montre le vaste paysage qui s’étale sous leurs yeux. Ici, une rivière qui serpentent entre deux vallées. Là, une verdoyante prairie parsemée de fleurs, roses, blanches et violettes. Quelques oiseaux s’envolent.

 

Et il lui murmure simplement :

– Regarde.

 

 

 

La fable des casseurs de pierres, attribuée à Charles Peguy :

 

En se rendant à Chartres, Charles Peguy aperçoit sur le bord de la route un homme qui casse des cailloux à grands coups de maillet. Les gestes de l’homme sont empreints de rage, sa mine est sombre. Intrigué, Peguy s’arrête et demande :

 

– « Que faites vous, Monsieur ? »

 

– « Vous voyez bien », lui répond l’homme, « je casse des pierres ». Malheureux, le pauvre homme ajoute d’un ton amer : « J’ai mal au dos, j’ai soif, j’ai faim. Mais je n’ai trouvé que ce travail pénible et stupide ».

 

Un peu plus loin sur le chemin, notre voyageur aperçoit un autre homme qui casse lui aussi des cailloux. Mais son

attitude semble un peu différente.  Son visage est plus serein, et ses gestes plus harmonieux.

– « Que faites vous, Monsieur ?», questionne une nouvelle fois Peguy.

– « Je suis casseur de pierre. C’est un travail dur, vous savez, mais il me permet de nourrir ma femme et mes enfants. »

Reprenant son souffle, il esquisse un léger sourire et ajoute : « Et puis allons bon, je suis au grand air, il y a sans doute des situations pire que la mienne ».

Plus loin, notre homme, rencontre un troisième casseur

de pierre. Son attitude est totalement différente. Il affiche un franc sourire et il abat sa masse, avec enthousiasme, sur le tas de pierre. Pareille ardeur est belle à voir !

« Que faites-vous ? » demande Peguy

 

« Moi, répond l’homme, je bâtis une cathédrale ! »

 

 

 

Remy Julienne, l’un des cascadeurs français les plus réputés, racontait à sa manière la même chose. Il n’éprouvait aucun plaisir, à faire, l’un de ses premiers jobs. Déménageur. Passionné, qu’il était, par la moto. Jusqu’à ce qu’il prenne conscience que ce boulot alimentaire avait un second intérêt. C’était une excellente occasion de développer sa musculature. Plus musclé, il savait qu’il pourrait améliorer ses performances et ses acrobaties en motocross.  Son action prenait sens. De là, il se mit à prendre plaisir à porter, chaque carton, chaque objet, chaque meuble. Quant à ses performances, il fut sacré dès 1957, Champion de France de moto-cross. Et connut par la suite une formidable carrière en tant que cascadeur et coordinateur de cascades (La Grande Vadrouille, plusieurs James Bond, Taxi..)

..................Comprendre le processus du stress..................

 

 

 

Le stress peut atteindre toute personne, épisodiquement ou parfois quotidiennement devenant un véritable handicap dans la vie quotidienne. Le stress correspond à un ensemble de réactions de l'organisme qui apparaissent lorsque l'organisme est soumis à un changement de situation brutale. Le corps réagit contre ce qu'il ressent comme une agression ou une pression. Selon les travaux de Hans Selye datant de 1975, il existe 3 phases dans la réaction au stress : la phase d'alarme, la phase de résistance et la phase d'épuisement. 

 

Réaction d'alarme

 

La réaction d'alarme est la première phase du processus de stress face à l'agression, au cours de laquelle apparaissent les premières manifestations : respiration courte et accélérée, augmentation des battements cardiaque, augmentation de la tension artérielle, boule à la gorge ou à l'estomac, anxiété, angoisse... 

 

Ces réactions sont provoquées par la libération d'hormones, comme l'adrénaline dont le délai d'action est de quelques minutes et dont la fonction est de préparer le corps à une action rapide.

 

Résistance : l'adaptation

 

La résistance correspond à la seconde phase du processus d'adaptation au stress. Lors du prolongement de l'agression, la réaction d'adaptation provoque la mise en place d'un processus de résistance face à la situation d'agression. 

Cette étape prolongeant la première phase va ainsi permettre de préserver l'organisme de l'épuisement en compensant les dépenses énergétiques occasionnées pour faire face au stress. D'autres hormones, les glucorticoides, sont ainsi sécrétées au cours de cette étape permettant une augmentation du taux de la glycémie nécessaire à l'organisme, au cœur, au cerveau et aux muscles. 

 

Au cours de cette phase, les sujets atteints adoptent des conduites différentes : certains se préparent à affronter le stress, d'autres continuent à vivre comme s'il n'existait pas en faisant la politique de « l'autruche » ou alors évitent les situations pouvant le provoquer. 

 

Épuisement

 

L'organisme, débordé et sollicité en permanence par la situation de stress qui se prolonge et s'intensifie, ne réussit plus à mobiliser ses ressources et s'épuise. Il ne peut plus faire face aux agressions en raison de leur intensité. L'organisme craque, ne réussissant plus à faire face à toutes ces agressions. Les réserves psychiques et biologiques sont épuisées. C'est au cours de cette phase d'épuisement que peuvent apparaître certaines pathologies obligeant l'arrêt de l'emballement de l'organisme.

 

Il faut éviter d'en arriver à cette troisième phase, d'où l'importance de mettre en oeuvre tous les moyens pour permettre à son corps de lutter contre le stress, de l'accueillir parce que dans certaines situations on ne peut l'éviter mais il est important de prendre conscience qu'il est possible de faire de son stress un allié.

 

 

 

 

Le stress modifie notre alimentation

Cette influence négative aura pour conséquence la prise de poids qui deviendra une source de stress. Un cercle vicieux dont il faut sortir à tout prix.

Le stress dérègle notre digestion

 

 

Au niveau de la digestion, les personnes stressées mangent vite et ne mâchent pas correctement leurs aliments. Le travail de digestion de l’estomac et du reste du tube digestif sera alourdi.

 

Le stress perturbe le fonctionnement de nos intestins

 

Une mauvaise digestion gastrique va déséquilibrer le travail intestinal et de ce fait rendre l’assimilation des nutriments moins efficace.

L’organisme est moins capable de lutter contre le stress. Les maladies et l’état inflammatoire qui en résultent sont une source nouvelle de stress.

 

Le stress mène à un besoin accru en vitamines et en minéraux

 

Ce besoin accru en vitamines et en minéraux est difficile à satisfaire.

 

En situation de stress l’organisme est donc soumis à une triple contrainte :

- Des apports alimentaires souvent déficitaires en vitamines, minéraux et acides gras Omega 3,

- Une absorption des nutriments moins efficace,

- Des besoins accrus en vitamines, minéraux, acides aminés, acides gras.

 

 

..................

 

Que faire ?

 

Les sources d'excès de stress, tout comme les symptômes (eczéma chez les uns, diarrhée ou mal de tête chez les autres), varient beaucoup d'un individu à un autre.

 

Contre le stress installé, d'une manière générale, booster nos défenses naturelles en préservant notre sommeil, notre alimentation, notre respiration, en bougeant (marche, pratique d'un sport qui nous fait du bien) est la première chose à faire.

On peut aussi renforcer nos défenses en pratiquant régulièrement la méditation, en utilisant les pierres du calme en lithothérapie,  ou quand nous ne parvenons plus à lutter seul, en prenant rendez-vous pour quelques séances de reiki, d'EFT, d'énergétique chinoise ....

 

S'alimenter sainement, manger pour le plaisir au lieu de manger pour se calmer

 

Mettre en place une prise en charge diététique et nutritionnelle pour lutter contre le stress.

Selon les traditions de la médecine traditionnelle chinoise, c'est la Rate, dans notre corps qui gère nos pensées obsessionnelles, notre petit vélo qui tourne dans la tête. Et c'est aussi la Rate qui va nous attirer vers des compulsions alimentaires, nous attirer vers le sucre, comme une source de réconfort, mirage de notre inconscient.

 

Respirer

 

Le stress nous conduit à rester en apnée toute la journée. Nous ne parvenons plus à respirer ou  nous oublions de respirer.

Mettre en place une méthode pour retrouver le bonheur d'utiliser notre respiration au quotidien, en toutes circonstance, c'est la clé du mieux être. Respirer, c'est vivre !

La cohérence cardiaque, facile à mettre en oeuvre est une bonne méthode pour réapprendre à respirer.

 

Bouger

 

Réveiller l'ensemble de nos cellules, même celles qui sont sclérosées, paralysées à force de vivre des situations stressantes ; se remettre en mouvement, retrouver le plaisir de sentir que notre corps est vivant ... 

 

Dormir

 

Bien dormir, ne pas manquer le train du sommeil qui vient nous cueillir le soir. Aller se coucher quand le corps le demande plutôt que de lutter et d'accumuler plus de fatigue et donc, plus de stress...

 

 

 

Le stress peut être un allié, l'essentiel étant de le canaliser, de ne pas le laisser déborder et prendre le dessus. 

 

 

A petite dose et bien canalisé, le stress stimule ; à forte dose et installé, le stress agresse et peut nous rendre malade.

 

 

....................................

 

 

Achetez-vous une plante

 

 

Les plantes d’intérieur ne sont pas simplement de magnifiques purificateurs d’air, elles vous aident aussi à vous détendre. Les chercheurs ont établi que simplement se tenir autour de plantes suffit à déclencher une réaction de relaxation. Selon le magazine Prevention, une étude de l’Université de l’Etat de Washington a ainsi démontré qu’un groupe de personnes stressées qui entraient dans une pièce remplie de plantes voyaient leur tension artérielle baisser de 4 %, tandis qu’un groupe équivalent mais qui n’avait pas vu les plantes ne connaissait une baisse que de 2 %.

 

Eloignez-vous de l’ordinateur

 

Une étude de l’université de Gothenburg , en Suède, a associé un usage continu de l’ordinateur avec le stress, la perte de sommeil, et la dépression chez les femmes. Selon la même étude, faire de l’ordinateur tard le soir a été aussi associé au stress – aussi bien chez les hommes que les femmes. 

Assurez-vous de faire des pauses fréquentes durant votre journée passée devant l’ordinateur – et essayez de vous déconnecter au moins une heure avant le coucher.

 

 

Tendez les lèvres

 

Selon WebMD, embrasser soulage le stress en aidant votre cerveau à produire des endorphines. Et cela peut avoir un effet sur votre quotidien : lors d’une étude portant sur 2000 couples, Laura Berman, chercheuse à l'université Northwestern de Chicago, a ainsi établi que ceux qui ne s’embrassaient que lorsqu’ils faisaient l’amour avaient huit fois plus de chances de faire état d’un stress ou d’une déprime chronique.

  

 

Raccrochez, puis éteignez votre téléphone

 

Les portables sont sources de stress, c’est absolument certain. Parler peut même augmenter votre pression artérielle. 

 

 

Mettez de la musique

 

Si la musique classique a un véritable effet apaisant – elle ralentit le rythme cardiaque, baisse la tension artérielle et diminue même les niveaux d’hormones du stress –, n’importe quelle musique que vous aimez remplira votre cerveau de neurohormones de bien-être, comme la dopamine.

 

Et si la musique peut apaiser l’angoisse au quotidien (montez le son en rentrant chez vous !), la recherche a montré qu’elle est particulièrement bénéfique aux personnes soumises à des événements stressants, comme une opération chirurgicale.

 

Vous n’avez pas d’écouteurs à portée de main ? Essayez de fredonner ou de jouer votre propre musique. Une étude sur des étudiants infirmiers stressés a ainsi établi que jouer de la musique pour le plaisir soulageait le stress et évitait le burn-out. 

 

 

Relâchez progressivement vos muscles

 

Commencez par les orteils et remontez petit à petit : contractez autant que possible les muscles du pied, puis relâchez-les. Remontez en contractant et en relâchant chaque muscle jusqu’à finir avec votre visage. Ca a l’air idiot comme ça, mais cette méthode peut aider à réduire l’angoisse et le stress, et on la recommande souvent aux patients ayant souffert de dépressions ou de troubles de l’anxiété.

 

 

Un accompagnement personnalisé

 

Si le stress vous paralyse et que vous avez besoin d'un accompagnement personnalisé, n'hésitez pas à prendre rendez-vous au 0767 144 133 ou sur ce site.